Le vocabulaire technique de l’aquarelle

Si l'aquarelle une fois réalisée peut donner une impression de simplicité, la technique ne l'est pas du tout. En effet, elle requiert un long apprentissage et quelques connaissances afin d'être totalement maitrisée. De plus, cette technique possède un certain vocabulaire technique qu'il faut connaitre avant de se lancer. Pour expliciter un peu ce domaine, voici quelques termes qui sont définis pour éclairer un peu les personnes qui veulent s'adonner à l'aquarelle.

Le Lavis

Le lavis dégradé s'applique mouillé sur un papier sec. On procède de haut en bas en augmentant ou en diminuant l'intensité de la teinte au fur et à mesure que l'on descend. Pour obtenir ce dégradé, il faut ajouter de l'eau au mélange quand on veut atténuer la couleur ou au contraire ajouter de la peinture pure pour obtenir une intensité plus vive. Pour un ciel, le lavis sur fond mouillé donne de bons résultats. Après avoir humidifié le papier avec une éponge, on charge son pinceau en peinture pour l'appliquer. Au fur et à mesure, on peut alors éclaircir avec de l'eau.

Le lavis uni s'applique de la même manière, il est mouillé et le papier doit être sec. L'application se fait aussi de haut en bas, avec un geste le plus régulier possible.

Le lavis polychrome s'applique sur un papier détrempé avec une eau claire. L'humidité doit être mate. On ajoute alors les couleurs que l'on souhaite et on les répartit un peu au hasard, le geste doit être rapide. Pour accentuer le mélange, il suffit d'incliner le support de part et d'autre.

Le glacis

Cette technique consiste à jouer avec la transparence de l'aquarelle. On superpose la couleur par couche successive. Pour obtenir un beau glacis, il faut attendre que la couche soit bien sèche. On superpose des teintes identiques ou différentes. Les couleurs différentes créées une nouvelle teinte selon le principe les règles de mélange des couleurs. Le glacis s'applique sur papier mouillé ou sec au choix. Sur papier sec, il faut laisser sécher la première couche, sur papier mouillé on peut mélanger aussitôt

Le fond

C'est la base de couleur qui servira de fond aux motifs et aux autres teintes. Le lavis ou le glacis peuvent être employés pour faire un fond.

Les cordons d’eau ou inondation partielle

L'aquarelliste peut peindre des zones fines, longues et étroites et des surfaces limitées où la transparence doit être présente. Les cordons d'eau sont alors recommandés. Un pinceau à réserve d'eau sera alors utilisé. On dessine à l'eau pure la figure voulue. Ensuite, il faut poser la couleur dans les cordons délicatement avec la pointe du pinceau.

Le fondu

Cette technique est caractérisée par le principe du mouillé sur mouillé. Le papier est d'abord imbibé d'eau puis la couleur est ensuite appliquée. Les teintes se fondent alors entre elles. Elle est difficile à contrôler donc elle est réservée aux formes mal déterminées.

Peindre en négatif

La technique du négatif consiste à faire ressortir un motif en rehaussant le fond qui l'entoure. Le motif sera dessiné auparavant.

La réserve

Le blanc est inexistant en aquarelle. La réserve, c'est les parties du papier qui sont laissées telles quelles pour avoir cette base blanche qui ne pourrait être créée. Il est possible de restaurer le blanc par différentes techniques comme le grattage, l'effacement de la peinture ou l'eau de javel, mais le blanc ne sera pas aussi blanc.

Le liquide de masquage

Il est fait à base d’ammoniaque et de latex, il est soluble dans l'eau. Il s'applique après le lavis. Il sèche très vite, et forme une surface à l'aspect caoutchouteux. Il est facile à retirer avec l'ongle et le doigt pour retrouver la surface vierge.Il s'applique avec un pinceau.

Newsletter